Quel devenir pour les zones blanches françaises ?

par Caroline LEMAIRE, le 30 septembre 2020

Couverture 3G en France par le seul opérateur Orange.

Cartographie des réseaux mobiles réalisée par l’ARCEP : https://www.monreseaumobile.fr/

Des personnes électro hypersensibles luttent au quotidien pour vivre décemment. Entre perte d’emploi, perte de logement, perte de lien social, les électro hypersensibles les plus atteints, ou atteints trop jeunes, sont souvent dans une précarité qui ne leur permet pas de poursuivre des études, gagner suffisamment d’argent et encore moins d’accéder à un logement individuel dans un milieu compatible avec leur état.

L’électrohypersensibilité est encore mal connue en France, même si des progrès sont en cours : c’est un trouble qui est souvent stigmatisé, moqué, « psychologisé », voire « psychiatrisé » par les proches, le monde du travail et même les soignants.

Alors qu’il est de plus en plus difficile de se protéger des ondes, de nombreuses personnes se trouvent en errance : logeant dans leur voiture, elles deviennent complètement marginalisées et peu nombreux sont ceux qui se préoccupent de leur sort. Déconnectées, sans téléphone, situation sociales et logement fixe : elles ont tout simplement disparu de la société.

France 3 régions

Après des milliers d’études sur les effets des ondes électromagnétiques sur le vivant : leur nocivité commence peu à peu à être connue du grand public, ou du moins, l’innocuité des nouvelles technologies affirmées par les politiques et les médias, souvent manipulés par les lobbies, est remis en question par certain : la 5G et les compteurs Linky suscitent de nombreuses oppositions en France, aussi bien de la part des maires que des particuliers. Ces oppositions ne sont pas le fait des seuls théoriciens du complot, mais elles sont bien souvent celles de personnes de bon sens, craignant pour leur propre bien-être mais aussi celui de leurs proches et l’avenir de leurs enfants.

Pourtant, quand il s’agit des ondes, la question de la souffrance physique et morale des EHS continue de passer incognito. Après tout, « c’est psychologique ! », une bonne TCC (N.B : thérapie comportementale et cognitive) et c’est réglé !

Contactée récemment par une journaliste du parisien qui souhaitait rédiger un article sur les zones blanches, j’ai été étonnée par son approche orientée davantage vers les bienfaits d’habiter ou de passer des vacances en zone blanche, plutôt que vers la nécessité absolue de leur maintien pour abriter des personnes en souffrance. (La journaliste était fort aimable au demeurant).

Dès lors, j’ai eu le sentiment qu’une nouvelle tendance était en train de se dessiner.

La disparition des zones blanches est une volonté politique claire et affirmée par notre Président de la République et son gouvernement. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de participer à des sondages et pétitions relayées par Magali Lesure, présidente de Cœur d’EHS pour que des communes refusent l’implantation d’antennes-relais sur leur territoire, qui jusqu’alors en était dépourvu.

484 zones blanches 4G ont été épinglées par le gouvernement

Il est vrai que les associations avaient pris le parti, de faire miroiter à leur maire, l’intérêt touristique de maintenir le territoire communal en zone blanche.

L’argent reste le nerf de la guerre et l’argument le plus convaincant : la détresse physique et morale de certains de nos congénères passe tristement au second plan dans les décisions administratives.

La mise en avant d’un intérêt touristique est une approche que j’ai trouvé intelligente et rusée dans un premier temps, dans la mesure où elle aurait pu générer un mouvement de certains maires en faveur de la préservation des zones blanches, appuyant ainsi le combat des personnes électro hypersensibles.

Mais aujourd’hui, je réalise que cette approche aura très certainement, à court ou moyen terme un effet pervers :

Ce qui est rare est cher, c’est une évidence. Avec une logique d’exploitation touristique des zones blanches, ne va-t-on pas vers un accaparement des terres sans ondes au profit d’une minorité aisée ?

C’est une perspective assez déprimante mais qui ne m’étonnerait absolument pas en raison du contexte actuel, la prévalence du paradigme individualiste et capitaliste dont, je crains, qu’on ne sortira jamais.

Construire des gîtes en zone blanche et proposer des séjours à des prix élevés, voire exorbitants à des citoyens qui souhaitent « déconnecter », est-ce là la vocation première des zones blanches sur un territoire national presque entièrement quadrillé par des antennes relais ?

Habiter une ville où « la biodiversité » est préservée, doit-il être un luxe réservé à une élite privilégiée ?

Dans une telle perspective, le maintien des zones blanches bénéficierait certes par ricochet aux EHS, qui pourraient garer leur voiture dans un lieu où elles ne souffrent pas, sur les parkings des résidences et des gites luxueux par exemple.

Pour autant, si les choses devaient évoluer dans ce sens-là, est-ce que le niveau de vie et l’intégration sociale des personnes EHS s’amélioreraient ? Pour moi la réponse est non.

Je caricature certes un peu la situation des EHS qui ont des vies très différentes, en fonction de leur degré de sensibilité, du moment où leur état s’est déclenché, de l’existence d’une reconnaissance ou d’une aide de l’Etat et/ou de leurs proches etc.

Par ailleurs l’EHS est un état qui évolue et qui heureusement peut s’améliorer avec une bonne prise en charge.

Mais la situation des personnes les plus atteintes, sans aide matérielle, doit impérativement être mise en avant car elles sont trop souvent oubliées. Le maillon faible de la lutte contre les ondes sont malheureusement celles qui en souffrent le plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :